Démantèlement de la Fontaine de la Place Saint-Pierre : chronique d’une mort annoncée ?

la-fontaine-en-carte-postale-dans-lentre-deux-guerres.jpg

Carte postale représentant la Fontaine sur la place Saint-Pierre. photo : droits réservés

Comme nous pouvions nous y attendre, la Fontaine a été démontée et nul ne sait à ce jour quel sera l’avenir de cet élément du patrimoine communal et historique de la ville auquel nombre d’Orthéziens sont fortement attachés. Pourtant, depuis bientôt un an, nous n’avons pas ménagé nos efforts pour essayer d’en savoir davantage sur le sujet, obligeant M. le Maire et son adjoint à ne pas traiter le sujet en catimini.

Nous avons ainsi, dès le mois de novembre 2016, interpellé M. le Maire et M. Terrasse sur le devenir de la fontaine. Nous avions à ce sujet là déposé une saisine le 18 novembre :

(https://orthez2016.wordpress.com/2016/11/18/sauvegarde-du-patrimoine-orthezien-la-fontaine-de-la-place-saint-pierre/)

En effet, il nous semblait important que eles élus du Conseil Municipal puissent débattre du sujet et voter sur son devenir, s’agissant d’un question de préservation du patrimoine historique.

M.le Maire refusa la saisine et transforma notre sollicitation en simple question écrite qui a la particularité de ne permettre aucun débat (règlement intérieur).

M. Terrasse indiqua alors qu’il organiserait une consultation. Ce qui fut fait, entre mi-février et début mars 2016.

Dans cet intervalle, Dominique Lalanne posa une question écrite au maire lors du Conseil Municipal du 28 février :

(https://orthez2016.wordpress.com/2017/02/27/question-ecrite-de-dominique-lalanne-a-monsieur-le-maire-pour-la-seance-du-conseil-municipal-du-28-fevrier-2017-relative-a-la-fontaine/

Il posa notamment la question de la valeur juridique du règlement de la dite consultation qui n’avait même pas fait l’objet ni d’un arrêté, ni d’une décision. Au grand dam du maire et de son adjoint, une large majorité des Orthéziens consultés indiquèrent qu’il souhaitaient le maintien de la Fontaine sur son lieu historique : la Place Saint-Pierre.

Lors du Conseil Municipal du 10 avril cette fois, je renouvelai ma question concernant l’avenir de la Fontaine et le résultat de la consultation.

(https://orthez2016.wordpress.com/2017/04/11/fontaine-de-la-place-saint-pierre-une-deuxieme-consultation-apres-la-fin-des-travaux/)

Arguant du fait qu’il était impossible techniquement de maintenir la Fontaine à cet endroit-là, M. Terrasse nous annonça alors qu’une seconde (!) consultation serait organisée !!! « On espère que les Orthéziens se sentiront davantage mobilisés », ajouta-t’il même…

Devant être, pour le temps de travaux remisée aux ateliers municipaux (dixit M. Terrasse), nous apprenons aujourd’hui avec beaucoup de surprise par la presse que la Fontaine sera finalement stockée … à la Minoterie !

Quel est le but de la manœuvre ? Mettre un coup de projecteur sur le projet de musée dans la perspective d’une prochaine campagne électorale ?

Car ce projet de musée apparaît au yeux de tous comme une arlésienne, n’ayant fait l’objet d’aucun partage réel d’information ni avec les élus municipaux, ni avec les membres de la commission élue par ce dernier.

Lorsque le directeur du Louvre s’était déplacé en 2016, seuls deux élus proches du Maire avaient été informés et conviés, les autres élus n’avaient appris la dite visite que le lendemain, une fois encore dans la presse !

A notre connaissance, la commission mise en place par le Conseil Municipal n’a pas été convoquée une seule fois en 2017.

M. le Maire et M. Terrasse et eux seuls (M. Gaudet, dernier adjoint aux finances ayant démissionné), vont recevoir M. Rousset, Président de région, début octobre.

La commission élue n’a à ce jour pas été invitée à cette rencontre. Quelle en est la raison ? Nous attendons avec impatience la teneur de cette entrevue, car les élus orthéziens ne sont pas les seuls à s’interroger sur ce sujet-là. Plusieurs élus de la CCLO se sont émus de la méthode employée, qui laisse les éventuels futurs partenaires dans un flou qui n’a encore rien d’artistique.

Finalement, les deux thèmes se retrouvent liés et la méthode reste la même : seules deux personnes décident du devenir patrimonial et culturel de la ville. « Ils tiennent la baraque », a dit le maire. C’est une façon de voir les choses.

Pour notre part, et pour reprendre une expression un peu plus imagée, tels deux apiculteurs chevronnés, ils continuent surtout à nous enfumer.

Car de façon concrète, le Musée semble bien loin, … et la Fontaine de la Place Saint-Pierre n’est plus.

Publicités

Subventions aux associations : le tableau complet

Lors du Conseil Municipal du 21 septembre, les 17 élus des groupes d’opposition, réunis autour de leurs chefs de file Bernard Cazenave, Emmanuel Hanon et Fabien Larrivière, ont opposé au Maire une contre-proposition pour l’attribution des subventions.

C’est cette dernière copie, plus favorable de 50 000 euros pour le tissu associatif, qui a été votée majoritairement par le Conseil Municipal par  17 voix Pour, 15 abstentions et 1 contre.

Vous trouverez ci-dessous, colonne de droite, les subventions votées sur proposition des oppositions ainsi que celles proposées ce jour-là par Yves Darrigrand et son groupe.

Contrairement à ce que M. Darrigrand affirmait le 12 juillet lors du précédent conseil, disant à l’envi que nous étions « à l’os » et que son budget était le meilleur possible, ce sont finalement plus de 300 000 euros qui ont été dégagés pendant l’été grâce au travail des trois groupes d’opposition, et notamment grâce à la connaissance experte et au travail remarquable effectué par Dominique Lalanne. Les nombreux freins mis par M. Darrigrand dans l’obtention des documents de travail nous laissent à penser que d’autres pistes auraient pu être étudiées. Peut-être aurons nous la possibilité de le vérifier d’ici quelques semaines.

Pour conclure , malgré les difficultés politiques et budgétaires que nous connaissons, le travail des associations doit être reconnu et soutenu matériellement et financièrement par la ville, reconnaissant par là même le travail éducatif, culturel, pédagogique, sportif et citoyen accompli par les bénévoles et salariés des nombreuses structures présentes dans notre ville auprès des jeunes et des moins jeunes.

SUBVENTIONS 2017 blog Fabien au 2017 09 25-page-001SUBVENTIONS 2017 blog Fabien au 2017 09 25-page-002SUBVENTIONS 2017 blog Fabien au 2017 09 25-page-003SUBVENTIONS 2017 blog Fabien au 2017 09 25-page-004SUBVENTIONS 2017 blog Fabien au 2017 09 25-page-005

 

 

Motion de soutien aux employés de la boulangerie l’Epi Béarnais et Baghera

Sur proposition de Bernadette PRADA, la motion dont nous reproduisons le texte ci-dessous a été adoptée à l’unanimité des membres présents lors du conseil de jeudi soir  septembre.

« Les quinze employés de l’entreprise de la boulangerie industrielle de la ZI des Soarns, anciennement Epi Béarnais et de la boutique Baghera viennent d’être mis en « dispens d’activité » par leur employeur utilisant une méthode abjecte : un SMS.

Le Conseil Municipal apporte son entier soutien au personnel irrespectueusement traité et s’engage à tout mettre en oeuvre pour les aider dans ces moments difficiles ».

Réactions à la conférence de rentrée de M. le Maire

Ce mardi 12 septembre, M. le Maire a tenu sa conférence de rentrée.

Ses propos, relayés dans les colonnes de la République des Pyrénées (à lire ici, article abonnés), laissent songeur.

Lors de sa conférence, il n’a eu de cesse de dénigrer le travail produit par les groupes d’opposition et a -accessoirement- annoncé vouloir achever son mandat (bien que minoritaire au sein du conseil), et pourquoi pas poursuivre sur un second…

Afin que chacun puisse se faire son opinion, M. Rossignon a donné dans l’édition du 13 septembre de la République des Pyrénées la parole aux leaders des 3 groupes d’opposition.

rep130917partie1rep130917partie2

Propos recueillis par Arnaud ROSSIGNON

Subventions aux associations : des avancées significatives … et des blocages

Après de nombreuses rencontres tout au long de l’été et encore en ce début du mois de septembre, des avancées significatives ont pu être faites.

Contrairement à ce que M. le Maire affirmait lors du conseil du mois de juillet, et malgré l’absence systématique (!?) de l’adjoint au finances à ces réunions, ce sont plus de 260 000 euros qui ont pu être dégagées, chaque fois à l’initiative et sur des propositions des groupes d’opposition.

Les multiples demandes de documents, parfois infructueuses, l’étude attentive des charges à caractère général et des budgets annexes CCAS et Restauration ont permis ces avancées significatives.

Le FPIC (Fonds de Péréquation Intercommunal), qui n’avait pas été budgété par M. le Maire et sont adjoint dans le budget 2017, et qui nécessitait une rallonge de 68 000 euros, est couvert grâce à l’enveloppe dégagée.

Le poste en économie sociale et familiale du Centre socio-culturel, et l’enveloppe de l’OMS sont également couverts.

Ces dépenses obligatoires, couvertes, c’est donc pour l’instant une rallonge de 130 000 euros qui a été dégagée au bénéfice des associations Orthéziennes, par rapport à l’enveloppe proposée par M. le Maire en juillet,

D’autres solutions, présentées au trésorier qui ne s’y est pas opposé, d’un montant de 42 000 euros, ont été proposées au Maire, mais ce dernier refuse de les inscrire, bloquant ainsi toute nouvelle avancée.

Les deux dernières réunions, qui se sont tenues en ce début de semaine, confirment ce blocage de la part de M. le Maire.

Comme nous le disions dans la presse locale, si le consensus n’est pas trouvé, le conseil municipal devra donc trancher entre deux propositions : celle d’un maire minoritaire flanqué d’un adjoint aux finances absent depuis deux mois de toute réunion, et une autre émanant des 3 groupes d’opposition aujourd’hui majoritaires au conseil municipal.

Pour information, le prochain conseil municipal a été fixé dans 8 jours, le 21 septembre.