Le camping d’Orthez laissé à l’abandon : un chalet ravagé par les flammes. Triste fatalité ?

Article La République des Pyrénées, édition numérique du 3 juillet 2017

Orthez : un chalet a flambé samedi au camping

Les pompiers sont intervenus samedi après-midi vers 15h30 afin d’éteindre le sinistre qui s’était déclaré dans un chalet du camping.

Les pompiers sont intervenus samedi après-midi pour éteindre l’incendie qui rongeait un chalet du camping de la Source, fermé pour la période estivale faute de sortie de secours praticableLe cabanon a été totalement ravagé dans le sinistre.

Une plainte déposée

L’origine du sinistre reste à déterminer. « L’ensemble des circuits électriques étaient coupés, il n’y avait pas d’orage… A priori, il n’y avait pas de raison qu’un incendie se déclare », précise l’adjointe de permanence, Catherine Leygues. Une plainte a été déposée auprès de la gendarmerie d’Orthez.

Interdit au public, le camping semble néanmoins recevoir des visites.Plusieurs tentes pérennes semblent en effet avoir été squattées comme le suggèrent les toiles tailladées de leurs portes et les déchets abandonnés à l’intérieur. De quoi relancer la controverse initiée par le dissident Dominique Lalanne sur la nécessité d’une surveillance accrue du site

Triste fatalité ou négligence ?

En effet, jeudi soir, lors du conseil municipal, Dominique Lalanne interrogeait le Maire concernant sa décision de résilier le gardiennage du cammping (!!!) :

Question écrite de Dominique LALANNE à Monsieur le Maire

pour la séance du conseil municipal du 29 juin 2017

décision n° 17-58 du 1er juin 2017 : résiliation du contrat de gardiennage du camping municipal

En quelques mois, vous avez :

  • fermé le camping municipal sans raison majeure début septembre 2016, après le vo du groupe électrogène, alors que le coût de location d’un tel équipement était de 23,00 € par jour,

  • décidé politiquement et non techniquement la fermeture en 2017 préférant présenter à la commission préfectorale une impossibilité de sortie de secours, alors qu’il aurait été possible de négocier avec les vendeurs ou les futurs acquéreurs de la Carmeuze le reconduction des mesures appliquées depuis 2006.

Aujourd’hui, par cette décision du 1er juin 2017, vous supprimez les rondes de gardiennage par l’entreprise B.P.S.I.

Je vous rappelle qu’en son temps déjà lointain (lorsque j’étais Adjoint au Maire en charge du camping municipal), nous avions ensemble mis en place cette ronde de gardiennage car certains chalets avaient été squattés avant le début de la saison estivale 2015.

Nous vous demandons donc de remettre en place ces rondes de gardiennage car, vous n’avez pas été capable de mesurer les conséquences éventuelles de votre décision.

Cela remet en cause, à mon sens, du fait de votre courant désormais minoritaire au sein du conseil municipal, votre capacité à agir par délégation du conseil municipal.

Des justifications … injustifiables !

Quant à la réponse du Maire, elle consista a justifier sa décision unilatérale par, selon lui, par le coût engendré par ces surveillance, mais aussi par l’inefficacité de la société de surveillance (!!!), et depuis quelques temps (?) par la mise-en-place de rondes effectuées par la police municipale.

Puis M. Terrasse nous parla d’un projet de futur camping dédié aux seuls campings-cars (40 places), en lien avec une société spécialisée dans les zones inondables (!) et  ne demandant qu’un investissement de 150 000 euros.

Mais avec quel budget ?

Au lieu de nous vendre une fois encore des mirages et des châteaux en Espagne, M. le Maire et son équipe feraient mieux de préserver le patrimoine existant qui aujourd’hui se détériore et part même en fumée.

Quant aux assurances, que prendront-elles en charge sachant que les rondes de surveillances n’étaient plus effectuées…

Publicités