Réaction suite à l’article du journal Sud-Ouest du 18/05 : « L’ex-jardinerie Baobab, paradis des skateurs »

 

so1805.PNG

 

Notre Tribune publiée le 12 mai sur ce blog (« Porter des projets structurants pour et avec la jeunesse ») a remis « sous les feux de la rampe » la nécessité pour les élus locaux de porter un projet fort en direction de la jeunesse sur notre territoire.

Nous nous en réjouissons.

Toutefois, nous nous étonnons de la réaction de M. le Maire dans cet article :

« Ce n’est pas sérieux, cela coûte trop cher, réagit Yves Darrigrand.

Nous avons déjà 80 bâtiments communaux, c’est lourd à gérer. Bien sûr si on avait les moyens, on pourrait imaginer un complexe dédié… »

Le premier magistrat ne laisse pas tomber le projet de skate park pour autant, mais souhaite que les premiers intéressés s’emparent du dossier : « Ils doivent s’organiser, s’exprimer, conseille-t-il. Il faut qu’on ait une vraie demande, claire et constante, et que le projet porté soit d’intérêt général. »

En effet, comme nous le rappelions dans notre tribune, c’est pourtant bien le Maire qui m’a demandé d’annuler la rencontre prévue l’an passé.

Ce qui n’est pas « sérieux », c’est de ne pas mesurer l’intérêt d’un tel projet et de demander à des jeunes motivés et volontaires de toujours repousser les choses. Un an a déjà été perdu.

En effet, suite à l’impossibilité de mobiliser les partenaires jeunesse autour de table-rondes, courant mai 2016, j’avais proposée au Maire et aux élus une présentation des démarches initiées par Jordi Canet :

« il s’agirait d’une présentation que ce dernier (Jordi Canet, ndlr)  ferait dans la salle du bas de la mairie le samedi 21 mai 2016 de 10H30 à 12h.

Entouré d’un professionnel (constrcteur de structures reconnu au niveau national) et d’un responsable associatif expérimenté implanté dans une autre commune, Jordi nous propose de nous faire une synthèse de l’enquête/consultation qu’il a faite sur Orthez mais aussi dresser un panorama des perspectives positives offertes par l’installation d’une telle infrastructure dans une ville de la strate d’Orthez, en termes d’image, d’animation, d’attractivité touristico-ludico-économique, etc. »

Mail de Fabien Larrivière adressé aux élus le 11 mai 2016

Mais c’était déjà trop pour M. le Maire, « en désaccord avec ma démarche ».

C’était, pour lui, « aller trop vite en besogne » (!).

Un an après, le volontarisme de M. le Maire sur ce sujet est toujours aussi fort… puisqu’il demande de faire ce qu’il a refusé l’an dernier (à l’image de la consultation sur la Fontaine de la place Saint-Pierre, repousser encore les choses lorsqu’elles ne conviennent pas à sa vision ou sa volonté).

Jacques Cassiau-Haurie, président de la CCLO, ouvre une porte au projet et, comme nous le disions dans notre Tribune, M. Cassiau-Haurie a une capacité et une légitimité à porter ce type de projet en lien avec l’ensemble des élus du territoire.

Une plate-forme citoyenne impliquant les élus locaux de tous bords (sous l’égide de la CCLO), désireux de mener cette réflexion devant dépasser tous les clivages serait ainsi la bienvenue.

Les représentants de la jeunesse et des structures associatives existantes qui leurs sont dédiées pourraient y prendre toute leur place, de même que les responsables associatifs (associations culturelles, sportives, de quartier …), les représentants des commerçants, etc. : tous pourraient ainsi être associés et prendre à bras le corps cette thématique.

Tribune du 12 mai 2017, porter des projets structurants pour et avec la jeunesse

Pour notre part, nous soutenons sans réserve la prise-en-compte rapide et l’étude sérieuse de ce type de projet.

Comme le soulignait Jean Sainte-Croix, la fréquentation des locaux désaffectés de « Baobab » pose de sérieux problèmes de sécurité :

« C’est un site dangereux, rappelle le capitaine Lacroute, à la tête de la compagnie d’Orthez. On s’assure régulièrement de qui va là-dedans. Les jeunes qui font du skate ne sont pas ceux qui nous dérangent le plus… »

Les aménagements réalisés dans ce lieu par les passionnés de glisse Orthéziens, et même palois, montre leur volonté de s’investir et leur capacité de mobilisation.

Nous ne pouvons accepter de les laisser fonctionner dans de telles conditions.

Qui plus est, le futur rachat des locaux de Baobab et de Jernac, et la sécurisation du lieu par les propriétaires, rendront rapidement ce lieu inaccessible.

Comme nous le disions dans notre Tribune du 12 mai :

Des projets structurants sont aujourd’hui indispensables si nous souhaitons développer l’attractivité de notre territoire pour la jeunesse, et créer des espaces de rencontre, à la fois sportifs et ludiques.

Changer l’aspect et changer l’image de notre ville, c’est aussi permettre à sa jeunesse de s’exprimer pour mieux y trouver sa place et s’y épanouir.

Il est temps d’agir !

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s