Réponse de M. le Préfet à Dominique Lalanne : décryptage.

Avant hier lundi 3 avril (il faut bien commencer la semaine !), M. le Maire adressait à l’ensemble des conseillers … et à la presse la réponse du Préfet adressée à M. Lalanne concernant deux questions posées par ce dernier.

M. le Maire ayant reçu de M. le Préfet une copie dudit courrier, il s’est donc permis de la diffuser largement. Comme chaque fois qu’il estime que cela lui sert. Quant il est mis en défaut, les lettres sont bien entendu jalousement gardées…

Mais revenons au deux terribles questions formulées;

La première faisait suite à la suppression des adresses mails des anciens adjoints de façon unilatérale par M. le Maire et sans aucun préavis !

Mme Prada, MM. Lalanne, Larrivière, Peyré-Poutou et Sidoli (ex-conseiller délégué) apprenaient le lundi que leur boîte mail avait été supprimée … le vendredi précédent.

D’où l’impossibilité pour les uns et les autres dans le week-end, et finalement de façon définitive, de pouvoir accéder à la messagerie et aux mails et autres dossiers qui y figuraient. Mais tout est normal pour M. le Maire, aucune excuse. Ni remords, ni regrets.

Suite à cela, certains élus, dont M. Lalanne, ont fait la demande à M. le Maire de recevoir les convocations et les documents en lien avec leur fonction au format papier par la poste. M. le Maire ayant émis des remarques sur cette demande, M. Lalanne demandait au préfet où était la loi.

 

Quant à la deuxième question, elle portait sur l’utilisation systématique des pouvoirs (ou procurations) laissés par plusieurs équipiers de de M. DARRIGRAND pour lui offrir des voix favorables en conseil municipal (voir article précédent). Certains élus orthéziens n’ont en effet toujours pas assisté au moindre conseil depuis le début de l’année 2017 (!).

Or, un texte du CGCT (Code Général des Collectivités Territoriales) indiquait clairement que la procuration ne pouvait être donnée pour plus de 3 séances du conseil. Sans plus de précisions ni jurisprudence trouvée par nous.

Nous avions ainsi demandé la récusation de 3 pouvoirs (ou procurations) au début du dernier conseil municipal, demandant à M. le Maire à qu’une motion en ce sens puisse être votée. M. le Maire s’était opposé à cette motion et nous avait alors conseillé de nous tourner vers le législateur pour toute contestation. Ce qui fut fait par M. Lalanne.

Ainsi, dans son courrier, M. le Préfet a donc clairement indiqué que rien ne s’opposait à ce qu’un élu toujours absent fasse passer autant de procurations qu’il le souhaite, sachant que ladite procuration est valable pour 3 réunions du conseil municipal successives. Autrement dit, un conseiller systématiquement absent peut établir une procuration au Maire pour 3 conseils consécutifs.

Puis 3 mois après, le conseiller toujours absent donne une nouvelle (mot souligné par M. le Préfet, ce qui prouve son immense et terrible colère vis-à-vis des terribles frondeurs et de M. Lalanne !)  procuration au 1° adjoint valable pour 3 réunions du conseil consécutives.

Et ainsi de suite… Et le tour est joué !

Moralité: chacun pense ce qu »il veut de la méthode, qui fait que sur les 15 derniers conseils, certains élus ne soient venus que 1, 2 ou 3 fois.

La réponse du Préfet est claire : ils en ont le droit…

De la même manière qu’un député peut rémunérer un membre de sa famille comme attaché parlementaire par exemple (pas sur un emploi fictif !!!). Il en a le droit.

Mais du point de vue de l’éthique et le la morale, chacun en tire les conclusions qu’il veut.

Vous trouverez ci-dessous la fameuse lettre de M. le Préfet avec, dessous, les commentaires « bienveillants » de M. le Maire, puis plus bas le communiqué que j’ai adressé aux élus et à la presse.

Bonne lecture !

Réponse du Préfet à M. Lalanne-page-001.jpg

Réponse du Préfet à M. Lalanne-page-002.jpg
Commentaires du Maire aux élus et aux rédactions en accompagnement du courrier du Préfet:
« Chers collègues,
Vous trouverez en PJ le courrier reçu ce jour de Monsieur le Préfet, en copie de sa réponse aux courriers que Monsieur Dominique Lalanne lui a adressés les 8 et 20 mars 2017.
Dans un premier courrier adressé au maire et envoyé en copie à M. le Préfet,   Monsieur Lalanne portait réclamation quant à la diffusion de l’information municipale ( courrier du 8 mars). Le 2ème courrier adressé à M. le Préfet relayait la demande non satisfaite de M. Larrivière  qui sollicitait lors du dernier Conseil un vote sur la récusation de procurations de conseillers. 
Sur ces deux points, la réponse de M. le Préfet à Monsieur Lalanne est un désaveu cinglant de la posture des frondeurs.
Je tiens à indiquer clairement que les mots qui ont été  soulignés dans le courrier invitant à une « lecture apaisée » l’ont été par Monsieur le Préfet. J’ajoute que l’absence de toute formule de politesse à la fin du courrier de M. le Préfet signale bien que les bornes ont été franchies.
Ces nouvelles péripéties sont absolument navrantes. Elles confirment que la volonté de nuire est bien au centre de la démarche des frondeurs, fût-ce au prix d’exposer la ville et la municipalité au ridicule auprès des instances de l’Etat.  
Je souhaite vraiment que, confrontés à des enjeux de taille, nous puissions nous préserver de participer d’une manière ou d’une autre à cette entreprise désastreuse et réserver notre énergie et notre intelligence collectives à la recherche du bien -être des Orthéziens puisque c’est à cela que nous nous sommes engagés.
Bien à vous »
Communiqué adressé au nom de notre groupe aux élus et au Maire:

Monsieur le Maire diffuse avec beaucoup plus de promptitude, et avec force commentaires, les documents qui l’arrangent.

Qui plus est, nous apprenons dans la presse que ce courrier a été adressé à M. Lalanne le jour suivant la rencontre de M. le Maire avec le Préfet.

Une fois encore, que s’est il dit lors de cette entrevue ?

Lors de la dernière rencontre prévue avec M. le Préfet, M. le Maire avait bien pris soin d’écarter au dernier moment sa 1° adjointe de l’époque, qui devait pourtant y participer.

Les affaires de la ville se porteraient bien mieux, et la démocratie locale également, si M. le Maire communiquait avec la même rapidité et la même volonté de transparence sur les sujets importants touchant notre commune et notre territoire: école des Soarns, PLUI, LGV et j’en passe.

Il est grand temps en effet que cela finisse.

En conclusion, je voudrais aussi préciser à M. le Maire, qui semble méconnaître les usages, que les courriers qui sont adressés par la préfecture ne comportent JAMAIS (sauf exception) de formule de politesse.
Un exemple ci-dessous dans un courrier du mois de décembre 2016 adressé par M. Morvan, préfet des Pyrénées-Atlantiques aux Maires et aux Sous-préfètes d’arrondissements:
influenza-aviaire-passage-risque-eleve-courrier-maires-06-12-16-page-001.jpg
influenza-aviaire-passage-risque-eleve-courrier-maires-06-12-16-page-002.jpg
Publicités