Non-vote du budget et Fêtes d’Orthez 2017

Espérant de toutes ses forces le vote d’un des frondeurs ou celui d’un membre de l’opposition pour faire passer son budget, le Maire n’a lésiné sur rien.

Le harcèlement n’était pas loin… Ce coup-ci, cela n’a pas fonctionné.

La sentence n’a pas tardé et la délégation a été enlevée dès le lendemain à Jean Lafargue, puisque ce dernier a fait le choix de voter contre le budget..

Puis, les infos les plus folles ont circulé, parfaitement coordonnées, pour faire peur aux uns et aux autres et au passage discréditer et mettre à l’index une fois de plus les frondeurs en particulier, alors que ce sont 17 élus de tous bords qui ont rejeté le projet de budget du Maire.

Où est la haine, où sont les rancœurs, où est la manipulation ?.

L’adjoint à la culture, dont on attend toujours les bilans des dernières années culturelles, mais qui se mêle des bilans des autres sans vergogne, a indiqué le risque majeur de la suppression des fêtes, tant dans les journaux locaux qu’à la radio.

Le Maire l’a, en façade, recadré, tout en soufflant le chaud et le froid, puisqu’à la dernière commission taurine, devant l’inquiétude de certaines personnes, il a dit avec gravité, qu’il attendait le retour de la chambre régionale des comptes et du préfet pour savoir, qu’avant juin on ne pouvait rien dire, mais qu’il plaiderait pour le maintien des fêtes et de la journée taurine.

Or, le lendemain, les services étaient informés par la Directrice des services, que les fêtes auraient bien lieu…

Le lundi sera jour de fête, le jeudi est supprimé, ceci a été décidé par le bureau municipal (maire et adjoints).

La nouvelle responsable des fêtes, Brigitte Sebbah, sera pour la première fois présente cette année aux festivités et les fêtes reprendront des couleurs parait-il.

Que tous les orthéziens soient rassurés, les fêtes auront bien lieu.

Nous attendons désormais avec impatience le programme qui est en préparation.

La seule chose dont nous ayons été informés de façon fortuite lors de la réunion de la commission taurine est la création d’un point restauration pendant 4 jours au parc Gascoin. La concertation avec les restaurateurs et les associations a dû battre son plein…

A suivre.

 

Publicités

« Menaces sur les fêtes » : l’enfumage se poursuit !

Entre les déclarations d’hier et d’aujourd’hui, les explications fluctuent, et une (dés)information chasse ainsi l’autre…

Après le rejet du budget par la majorité des élus Orthéziens hier soir, M. Terrasse exprime aujourd’hui dans le journal « Sud-Ouest » son « inquiétude sur la tenue des fêtes »...

SO_1104_danger_fêtes.PNG

Sud-Ouest Béarn, 11/04/2017

 

… alors que M. le Maire et son adjoint aux finances M. Gaudet indiquaient hier dans « La République des Pyrénées » que le budget annexe Fêtes « ne devrait pas souffrir »

le seul « danger » qui semblait planer portant sur le budget annexe de Sainte-Suzanne !

rep_10_04_danger8sainte_suzanne.PNG

La République des Pyrénées, 10/04/2017

A quoi (et qui) sert ce pseudo catastrophisme ?

Sans doute à jeter le discrédit sur les « méchants élus » qui ont voté contre le budget.

Triste manoeuvre !

Pour y voir clair dans cette cacophonie, il faut lire avec attention ce que dit le Code Général des Collectivités Territoriales (CGCT) :

 » Dès la saisine de la Chambre Régionale des Comptes, selon l’article L.1612-2 du CGCT, les pouvoirs budgétaires de l’assemblée délibérante, portant sur toute délibération budgétaire sont suspendus jusqu’au terme de la procédure c’est-à-dire jusqu’au règlement du budget par le représentant de l’Etat (le Préfet).

 La collectivité peut toutefois fonctionner puisqu’en application de l’article L.1612-1 du CGCT, l’ordonnateur local peut :

  • engager, liquider et mandater les dépenses de fonctionnement dans la limite de celles inscrites au budget de l’exercice précédent ;

  • liquider et mandater les dépenses à caractère pluriannuel incluses dans une autorisation d’engagement sur des exercices antérieurs dans la limite des crédits de paiement prévus au titre de l’exercice par la délibération d’ouverture d’autorisation d’engagement ;

  • mandater les dépenses afférentes au remboursement en capital des annuités de la dette venant à échéance avant le vote du budget ;

  • mettre en recouvrement les recettes de fonctionnement.

  •  S’agissant des dépenses d’investissement, l’article L.1612-1 prévoit que jusqu’à l’adoption du budget ou jusqu’au 31 mars, en l’absence d’adoption du budget avant cette date, l’exécutif peut, sur autorisation de l’assemblée délibérante:

  • engager, liquider et mandater des dépenses d’investissement dans la limite du quart des crédits ouverts au budget de l’exercice précédent, non compris les crédits afférents au remboursement de la dette ;

  • liquider et mandater les dépenses à caractère pluriannuel incluses dans une autorisation de programme votée sur des exercices antérieurs, dans la limite des crédits de paiement prévus au titre de l’exercice par la délibération d’ouverture d’autorisation de programme.

 

Fontaine de la place Saint-Pierre : une deuxième consultation … après la fin des travaux !

« Si vous voulez enterrer un problème, nommez une commission »
Georges Clémenceau
 
L’adjoint à la culture propose une deuxième consultation après la fin des travaux sur la Place Saint-Pierre alors qu’une majorité d’Orthéziens ayant participé au vote demande son maintien sur cette place. Si ce n’est pas une fin de non recevoir …

L’adjoint à la culture, Jean-Marc Terrasse, espère que les Orthéziens « se sentiront davantage mobilisés »

Lundi soir, à l’issue du Conseil municipal, l’élu dissident de la majorité, Fabien Larrivière, a interrogé l’adjoint en charge de patrimoine Jean-Marc Terrasse sur le devenir de la fontaine de la place Saint-Pierre, après la consultation de la population à ce sujet, qui a peu mobilisé.

L’adjoint a rappelé : « Pour la Communauté de communes de Lacq-Orthez, en charge des travaux de réaménagement du centre-ville, la repose de la fontaine au même endroit est techniquement impossible. » L’édifice va donc être déposé sous peu et faire l’objet d’une étude technique car « les pierres en tuf sont en très mauvais état probable ».

Nouvelle proposition en 2018

Questionné à l’issue du conseil, l’élu a ajouté que les travaux de restauration des canalisations anciennes découvertes sous la fontaine sont d’une « ampleur impossible à envisager ». Il souhaite donc attendre la fin du chantier de rénovation de la place Saint-Pierre et les conclusions sur l’état de la fontaine pour faire une nouvelle proposition, à inscrire au budget 2018. Une deuxième consultation sera organisée dans cette optique. « On espère que les Orthéziens se sentiront davantage mobilisés », ajoute l’élu. Qui précise : « On n’abandonne pas la fontaine, mais il faut qu’on trouve la meilleure solution. »

%d blogueurs aiment cette page :