Réunion publique du 29 mars : un gros flop… ou comment essayer de faire le plein avec du vide

Promis pendant la campagne,  « une municipalité doit rendre des comptes »

L’exercice a été réalisé la première année par M. le Maire.

Les aléas du mandat firent passer le bilan de la deuxième année à la trappe, avant de décréter une grande messe qui se voulait le bilan de mi-mandat, hier au soir.

Hélas, la salle Francis Planté s’est avérée bien trop grande pour la soixantaine de personnes (élus et journalistes compris) venues écouter pour certains ou « soutenir » pour d’autres les lambeaux d’une équipe municipale, composée de 8 élus sur 33, entourant un Maire dont les prêches ne font plus recette.

Les adjoints et délégués, chacun leur tour, ont récité quelques litanies qu’ils avaient répétées le matin même. Sans conviction.

Le nouvel adjoint aux finances, M. Gaudet (le 3° du mandat, après le renvoi de Dominique Lalanne et le départ en catimini de Lionel Lallement) a passé plus de temps à se dédouaner qu’à convaincre.

L’adjoint à la culture ne s’est attardé que 4 minutes sur le grand projet de la minoterie qui « n’est pas un musée » a-t’il cru bon de préciser.

Les « nous sommes en pourparler avec la région » de M.Terrasse, qui nous vend du vent, laissent augurer la tempête à venir.

Oublions la prestation difficile de l’adjointe à l’éducation, qui a eu quelques difficultés à expliquer le contenu de son action et celle de l’adjointe au sport qui n’a pu faire que le bilan du travail réalisé par son prédécesseur.

La déléguée aux cérémonies, heureuse d’avoir enfin une place sous les sunlights, nous prépare une grande cérémonie pour 2018.

Quant à l’élue en charge du local jeune (qui s’est présentée comme la présidente du conseil consultatif de cette instance mais qui -sauf oubli- n’a jamais convoqué personne à quelque réunion que ce soit…) a tenté de montrer tout le travail qui est réalisé pour la jeunesse orthézienne, qui ne s’en aperçoit même pas… L’ingratitude sans doute.

Le nouvel adjoint à l’urbanisme avait au moins en mains le projet de la CCLO, qui a pris à sa charge la rénovation du centre-ville et redonne un peu d’espoir à notre cité en panne.

La soirée fut d’une tristesse affligeante et ce n’est pas l’intervention sur commande d’une personne ne résidant pas sur Orthez, mais très proche du Maire il faut le dire, vantant la grandeur d’une municipalité chancelante, qui parvint à éclairer la lanterne de qui que ce soit…

Monsieur le Maire, d’un optimisme à toute épreuve, a résumé ce matin sur France Bleue : « Il y avait ce soir 120, 130 personnes. Je ne m’attendais pas à autant de monde. La ville frémit… »

Nous avons compté 64 personnes, élus et journalistes compris. Mme Napias de France Bleu Béarn, en a compté environ 70 pour ceux qui ont écouté la radio aujourd’hui.

On peut être optimiste et volontaire, il n’est malheureusement pas chose aisée de faire le plein avec du vide.

Il n’y a pas que l’amour qui rend aveugle !

Publicités