Question écrite de Dominique LALANNE à Monsieur le Maire pour la séance du conseil municipal du 28 février 2017 relative à la Fontaine

402px-Orthez_Eglise_Jean_Michel_Etchecolonea.jpg

L’Eglise Saint-Pierre avec, devant, la Fontaine. Image libre de droits, source Wikimedia commons. Auteur : Jean-Michel Ectchecolonea 

Fontaine place Saint-Pierre

  1. Règlement de la consultation

Votre règlement n’a aucune valeur juridique car, à ma connaissance, il n’a pas fait l’objet d’un arrêté municipal ou d’une décision.

La commission en charge de la consultation citoyenne qui semble être chargée du dépouillement n’a pas été constituée réglementairement et n’existe donc pas.

L’attestation sur l’honneur certifiant habiter Orthez : l’histoire d’Orthez s’arrête-t-elle aux limites territoriales de la commune et est-elle réservée aux seuls habitants d’Orthez ? Le rayonnement d’Orthez est ici ignoré par ce qui reste de la majorité municipale et les commerçants d’Orthez apprécieront certainement votre vision réductrice.

  1. Bulletin réponse

« Pas de remise en eau de la fontaine : « au vu des difficultés techniques et financières, la fontaine ne sera pas remise en eau, elle sera conservée dans son état actuel » : il s’agit là d’un a priori détestable qui laisse un choix plus que limité : pourquoi ne pourrions-nous pas souhaiter qu’elle puisse être remise en eau ?

Lieux d’installation éventuels : hors place Saint-Pierre : Il s’agit là d’un deuxième a priori qui tronque et oriente la consultation lancée : c’est inadmissible …..  D’autres collectivités territoriales, par exemple la Ville de Pau, lors de la réalisation du parking souterrain de la place Clémenceau, ont su refaire à l’identique la fontaine qui existait sur cette place : pourquoi pas nous ?

  1. Un brin d’histoire

René DESCAZEAUX a retracé (presse locale du 9 décembre 2016) l’histoire de cette fontaine immortalisée :

« elle constituait un des aspects d’un projet urbanistique et économique avancé sous la Restauration à Orthez en 1822 qui sera conduit et mené à bien que sous la Monarchie de Juillet en 1839. Elle était alimentée par un système de pompes hydrauliques amenant l’eau depuis le Maison Ronde dans le Grec.

Cette fontaine allait avoir son heure de gloire …… le peintre Maurice UTRILLO eût un coup de cœur et en 1923 par l’entrée de la rue Neuve (jonction rue des Jacobins – place Saint-Pierre). Ce tableau va avoir un succès incroyable et fût acheter par la Perls Gallery de New-York qui le possède encore.

  1. Suite et fin de la consultation lancée

De nombreuses voix se sont élevées contre cette consultation (élus, anciens élus, associations orthéziennes) :

La consultation lancée n’ayant aucune valeur juridique, nous souhaitons que le conseil municipal puisse voter sur la question de son maintien dans le projet initié par la C.C.L.O. et qu’elle puisse être remise en eau.

 

PS : c’est ce que nous avions demandé par écrit le 18 novembre dernier :

https://orthez2016.wordpress.com/2016/11/18/sauvegarde-du-patrimoine-orthezien-la-fontaine-de-la-place-saint-pierre/

Saisine du Maire concernant le vote d’une subvention exceptionnelle en faveur de la LGV à Orthez

Annule et remplace la saisine précédente déposée le 14 février qui demandait  à tort que la subvention soit adressé à la l’association LGV-Orthez-Oui. La nouvelle saisine permettra d’accorder la subvention à la structure porteuse de l’étude compétente.

Dans une démarche conjointe, Bernard Cazenave, Sabine Lauga et notre groupe d’élus issus de la liste logooserchoisir avons décidé de cosigner une saisine de M. le Maire afin que ce dernier présente dès le prochain conseil municipal une délibération visant à acter la participation de la ville d’Orthez au financement de l’étude de rénovation de la ligne LGV, défendue par l’association LGV-Orthez-Oui présidée par René Ricarrère, maire honoraire d’Orthez.

Comme le rappelait fort justement ce dernier lors de l’AG de l’association, « Orthez doit montrer l’exemple ». Dont acte.

Voici les documents déposés hier 24 février 2017 en Mairie :

 

saisine-11-conseillers-lgv-orthez-au-23-fevrier-2017-page-001projet-de-deliberation-lgv-orthez-v2-du-21-fevrier-2017-page-001

 

Le « discours de la méthode » municipale: Soarns, Fontaine de la Place Saint-Pierre; drôle de démocratie locale.

Deux articles publiés ce jour dans « La République des Pyrénées », ont retenu toute notre attention.

rep_14_02_titre_fontaine.PNG

rep_14_02_texte.PNG

 

Ces articles en disent long sur la méthode choisie par M. le Maire pour « diriger » une petite ville de 10.000 habitants.

Il nous rappelle -malheureusement- un article que nous avions publié sur ce blog début septembre 2016, intitulé « Nouveau à Orthez : la démocratie revue et corrigée par Yves Darrigrand ».

Pour ce qui est de la Fontaine, nous avions demandé officiellement au maire mi-novembre 2016 de porter la discussion sur son avenir à l’ordre du jour du conseil municipal afin que les élus puissent statuer : refusé !

soarns_fermeture_simulacre_de_democratie

Pour ce qui est de l’avenir de l’école des Soarns, contrairement à M. le Maire, j’ai rappelé publiquement lors de la réunion du groupe de travail sur « l’avenir des écoles » l’hypothèse de travail que j’avais proposée l’an dernier le 21 janvier 2016 à la même commission, et que j’avais également présentée quelques jours plus tard à l’ensemble des familles des Soarns réunies dans le self de l’école. C’est ce que j’ai à nouveau expliqué et assumé dans un billet sur ce blog. Il manque « juste » un petit détail : M. le Maire n’a à aucun moment pris la peine de concerter qui que ce soit, ni élus, ni parents, ni enseignants, alors que dans le même temps il agit en sous-main (article « jaccuse-_titre-svg).

Aujourd’hui, comme le disent très justement les parents des Soarns dans leur communiqué, c’est à un « simulacre de démocratie » que nous assistons, et que nous dénonçons nous aussi depuis de nombreux mois.

 

Les promesses de campagne promettant de faire de la politique « autrement » sont oubliées depuis longtemps.

Fermez le ban.

Le point sur les ouvertures et fermetures de classes à Orthez pour la rentrée 2017 après le CTSD du vendredi 3 février

Le CTSD s’est réuni vendredi dernier 3 février 2017 pour évoquer les ouvertures et fermetures de classe pour la rentrée prochaine.

>>> ZOOM <<< Le CTSD (Comité Technique Spécial Départemental) est un organe composé du directeur académique des services de l’Éducation nationale (DASEN, anciennement appelé Inspecteur d’Académie), du secrétaire général des services de l’Éducation nationale, des membres titulaires et des membres suppléants représentant les personnels. Il est notamment compétent pour les questions intéressant l’organisation des services administratifs et des établissements d’enseignement et de formation et  la gestion prévisionnelle des effectifs et des emplois.

A la suite de la réunion du CTSD, les mesures suivantes ont été proposées pour les écoles d’Orthez:

  • 1 ouverture de poste conditionnelle à l’école du Centre (si les effectifs atteignent au moins 125 élèves à la rentrée)
  • 2 fermetures de postes définitives à l’école de Départ.
  • une fusion des écoles des Soarns et de Départ.

C’est ce qui est clairement indiqué sur la synthèse reprise en page 14 du journal Sud-Ouest, édition Béarn et Soule, du samedi 4 février (article d’Odile FAURE).

carte_scolaire_acte_2_so_p_14.PNG

SUDOUEST_04022017_p14.PNG

Mais aussi sur le site du syndicat SE-UNSA 64, dans le document téléchargeable en bas de page intitulé « mesures de carte scolaire », dont nous reprenons ci-dessous les mesures concernant les écoles orthéziennes:

ENTETE_doc_se_unsa.PNG

Ouverture conditionnelle:

ouverture-orthez-2017

Fusions d’écoles:

FERMETURES ORTHEZ 2017.PNG

Dans son article publié le lundi 6 février dans le journal Sud-Ouest, intitulé « Orthez: la fusion des écoles fait réagir », Luces Gardères indique que « Le maire, favorable à la fusion des deux écoles, n’a pas souhaité réagir à l’annonce officielle. Il attend pour cela de rencontrer les parents, cette semaine. »

Par ailleurs, l’article rappelle que de nombreuses questions subsistent.

Nombreux questionnements

Même si la mesure était dans les tuyaux depuis des mois, l’annonce a scotché les parents d’élèves des Soarns : « On se retrouve le bec dans l’eau, devant le fait accompli, déplore Sandra Gutierez, déléguée. Il y a des gens qui sont complètement résignés. On est tous un peu perdus. Même s’il y a quand même la satisfaction qu’il s’agisse d’une fusion et pas d’une fermeture sèche, comme cela avait été envisagé », ajoute-t-elle. Deux des trois enseignantes des Soarns migreraient vers Départ, la directrice devant, elle, se positionner ailleurs. « Mais le conseil d’école de Départ peut se prononcer contre », craint la déléguée. Qui pense que s’ouvre une période de « nombreux questionnements ». L’inspectrice de la circonscription a prévu de réunir les deux équipes pédagogiques cette semaine.

« Il n’y a eu aucune discussion digne de ce nom ouverte sur les écoles depuis la rentrée, déplore pour sa part le frondeur de la majorité et ex-adjoint à l’éducation Fabien Larrivière. Je suis dépité car on aurait eu le temps de construire des choses avec les parents, au lieu d’attendre les décisions en février », ajoute-t-il. Tout en reconnaissant que la fusion était presque inéluctable en raison de la baisse des effectifs, l’élu pense qu’il faudrait créer une maternelle indépendante à Départ, et qu’il convient d’encourager la scolarisation précoce.

Ancien directeur de l’école de la Chaussée-de-Dax et élu d’opposition de gauche, Marc Cauhapé est lui mitigé : « Même s’il faut bien faire un effort pour sauver les meubles, une fermeture c’est dur », réagit-il. Également président de l’Amicale laïque, il pourrait se voir proposer de déménager le siège de l’association et le centre de loisirs du château Lameignère dans les locaux de l’école des Soarns laissée vacante. Une option évoquée, mais non confirmée.

Extrait de l’article de Luce Gardères, journal Sud-Ouest du lundi 6 février 2017

Pour conclure, il faudrait aussi rajouter que les élus Orthéziens, réunis en Conseil Municipal le 31 janvier, n’ont reçu aucune information de la part de M. le Maire sur le sujet, malgré plusieurs questions posées sur l’avenir des écoles, notamment par MM. Piovesana et Sainte-Croix.

Ecole des Soarns : J’accuse …

jaccuse-_titre-svg  M. le Maire d’organiser le transfert de l’école des Soarns à Départ dans la plus grande discrétion et le plus grand silence depuis de longues semaines, alors qu’il avait promis l’an passé aux familles des Soarns que les discussions et réflexions devaient se poursuivre;

jaccuse-_titre-svg  M. le Maire de ne pas assumer ce choix, laissant penser que l’Inspection d’Académie est à l’initiative de la démarche de fusion, alors que les démarches de fusion incombent au Maire et qu’il a écrit à l’Inspection pour demander lui-même cette fusion sans en avoir informé les parents des Soarns ni le groupe de travail sur « l’avenir des écoles » qu’il avait pourtant réuni courant janvier;

jaccuse-_titre-svg M. le Maire de préparer la future occupation des locaux de l’école des Soarns en prenant contact avec différents représentants associatifs dans la plus grande confidentialité, alors qu’il laisse les principaux intéressés, enfants, familles et enseignants , dans le flou le plus total;

jaccuse-_titre-svg M. le Maire de n’avoir prévu rien d’autre que cette fusion, négligeant à ce jour tout projet ambitieux pour les écoles d’Orthez : aucune concertation sur le développement de l’accueil privilégié des enfants de moins de 3 ans dans une nouvelle école maternelle à Départ (réflexion sur une défusion Maternelle/élémentaire Départ), aucune réflexion sur la pertinence d’une modification de la carte scolaire, aucune projection sur les équipements nécessaires dans les écoles (et les équipements numériques, en particulier, alors que seul un Plan Pluriannuel d’Investissement -PPI- permettrait de combler le retard d’équipement d’ici la fin du mandat);

En ma qualité d’élu, et au nom du groupe d’élus de la liste logooserchoisir réuni autour de moi, j’attends que M. le Maire réunisse au plus tôt le groupe de travail sur « l’Avenir des écoles à Orthez » ainsi qu’un conseil municipal extraordinaire afin que les représentants des parents, les représentants des enseignants, et les élus puissent dès à présent tous être au même niveau d’information et non mis devant le fait accompli, et ainsi ne plus devoir se contenter a posteriori d’informations partielles obtenues uniquement par voie de presse.