Mise-au-point de Bernadette Prada suite au mail de M. le Maire relayé dans la presse

requete_gaudino-rep_180117

La République des Pyrénées, 18/01/2017

Monsieur le Maire

Je crois que vous confondez, je l’espère involontairement (vœux pieux), les informations.

Le tribunal administratif, n’étant pas compétent pour dire la validité des inscriptions sur les listes électorales, ma demande a été rejetée, ainsi que la vôtre qui souhaitait me faire condamner à 2000 euros …… (vous pourrez le dire aux cyclos de Ste Suzanne que vous avez un peu vite mal informés)

Et ce ne sont pas vos fausses indignations de victime innocente,  dans la presse, qui  y changeront quelque chose.

Le tribunal de grande instance, auquel j’ai écrit, à la suite du tribunal administratif, m’a répondu que ce n’était pas non plus de leur compétence.

Je me suis donc adressée, sur leur conseil, au tribunal d’instance qui ne peut prendre en compte ma demande, le délai de cinq jours étant passé ( je tiens à disposition le document pour qui me le demandera, en ferez vous autant ?), je n’avais pas à vous en informer.

Pourquoi vous informer, alors que vous avez une faculté rare, je le reconnais, pour renverser toujours toutes les situations à votre avantage.

La suite nous la verrons plus tard.

J’ai relevé les radiations des listes électorales (le 11 janvier) comme en ont le droit tous les contribuables.

J’ai constaté que vous n’avez toujours pas fait radier Mlle Gaudino, son frère, sa sœur et son père, qui ne vivent pas à Orthez, n’y payent aucune taxe. et auxquels vous vous êtes bien gardé de demander les justificatifs indispensables à leur maintien sur les listes.

Vous auriez dû effectuer cette vérification avant que Mlle Gaudino ne rejoigne le conseil, vous ne l’avez pas fait, volontairement et pour cause. Vous avez même eu le culot de dire qu’elle était étudiante !

J’ai également constaté que M.Lallement n’est pas radié, alors qu’il déclare, sur les listes électorales, une adresse (pas celle de sa mère comme vous nous l’avez fait croire au conseil municipal) qui n’est pas la sienne, mais celle d’un locataire qui a pris sa suite lorsqu’il a quitté son logement et Orthez.

M. Lallement, inspecteur des Finances, ne paye pas de taxe à Orthez, a habité plus d’un an à XXXXXX, dans les Landes (…).

Droit de réponse de M. Lallement, transmis le 22/01/2017 à 20H52

 « Je déclare sur les listes électorales une adresse qui est la mienne, démarche faite sur mon service public.fr en décembre dernier.

Je suis donc en règle et déclare une adresse qui est la mienne sur les listes électorales. Il s’agit donc d’une diffamation publique.

Il doit y avoir un délai administratif qui fait que je suis inscrit sur les listes d’Orthez. »

[…] Vous savez très bien que toutes ces personnes sont à radier, d’autres aussi, mais vous préférez avoir face à vous une commission électorale qui signe aveuglément des documents, plutôt que de la laisser travailler dans le cadre de la loi.

Aujourd’hui, chacun sait quel est le but poursuivi.

Monsieur le Maire, si je peux me permettre : cessez toutes ces manipulations, vous avez décidé de me discréditer, de discréditer un groupe qui a découvert vos méthodes, il en faudra encore beaucoup pour que votre message destructeur fasse son chemin.

Il parait que vous vous vantez d’être un marathonien ?

N’est pas Emil Zàtopek qui veut !

Très cordialement

B.Prada

Publicités