Cambriolages et actes de vandalismes commis au Local Jeunes

C’est avec une profonde révolte que je rédige ce court billet, à la fois en tant qu’ancien adjoint à la jeunesse -en charge de la structure- mais aussi et tout simplement en tant que citoyen.

J’ai, comme tous les Orthéziens (et même au delà), découvert ce jour dans la presse les récents cambriolages et actes de vandalismes qui ont frappé le Local Jeunes.

L’incendie du minibus permettant aux jeunes adhérents d’effectuer des sorties avec leur animateurs aurait pu avoir des conséquences bien plus graves pour les locaux adjacents.

Je voudrais en premier lieu dire tout mon soutien aux animateurs et aux jeunes investis pleinement dans cette structure ô combien nécessaire, tant par la pluralité des activités et des projets qui y sont portés depuis des années, que par les valeurs qui y sont défendues: égalité, laïcité, mixité sociale, …

S’en prendre à cette structure est à la fois incompréhensible et révoltant, car c’est s’en prendre aux valeurs qui y sont tous les jours défendues, en réseau depuis quelques mois avec les accueils du Foyer Lapeyrère et du Centre socioculturel;

s’en prendre à leur matériel, c’est priver les jeunes de loisirs et d’activités pour lesquels la ville, le département, la CAF, les jeunes par leurs actions (et leur junior association « Les agités du Local »notamment) investissent année après années, au bénéfice de tous;

s’en prendre à leur minibus, financé par de généraux donateurs, c’est tout simplement les priver de sorties (bowling, concerts, camps et autres) auxquelles parfois, sans le soutien du Local Jeunes, ils ne pourraient avoir accès.

Quelles que soient les motivations des auteurs de ces faits particulièrement lâches, je voudrais leur dire sobrement qu’ils se trompent de colère.

 

Je voudrais conclure en renouvelant tout mon soutien aux jeunes adhérents du Local et à leurs animateurs car, au regard de ces actes indignes, les valeurs qu’ils portent chaque jour ensemble n’en apparaissent que plus fortes. Et il est de notre devoir de les défendre à leurs côtés.

Publicités