Une gestion municipale entre « bienveillance » et « courtoisie »

bienveillance

Après la « BIENVEILLANCE » prônée par M. le Maire lors de ses vœux 2016 (marquée par l’éviction de M. LALANNE quelques jours plus tard), nous entrons désormais dans l’ère de la « COURTOISIE » (inaugurée par l’éviction de Mme PRADA et PEYRE-POUTOU).

Les récentes manigances placées par le maire sous le sceau du secret, avec la complicité des élus d’opposition, est un triste épilogue à l’objectif de liste citoyenne jadis défendue par M. DARRIGRAND.

L’entrevue secrète initiée par M. le Maire et dénoncée par MM. SAINTE-CROIX et CAZENAVE –ils ont brisé le silence que M. le Maire voulait leur imposer; qu’ils en soient remerciés ici– lors du dernier conseil municipal du 6 juillet est indigne de notre premier magistrat, indigne de la responsabilité des élus vis-à-vis de leurs concitoyens qui les ont portés aux responsabilités.

M. le Maire a ainsi informé les oppositions de sa volonté de démettre deux adjoints de leurs fonctions plus d’une semaine avant de l’annoncer aux principaux intéressés, à la moitié de son « équipe » municipale et aux Orthéziens (accessoirement…).

Pourquoi a-t-il agi ainsi ? « Par courtoisie » a-t-il répondu dans la presse.

Et c’est sans doute aussi « par courtoisie » que l’opposition de gauche à voté aux côtés du Maire pour démettre de leurs fonctions les deux adjoints en question (Mme PRADA et M. PEYRE-POUTOU), avant de participer activement à l’élection de la nouvelle adjointe aux sports (Mme DOMBLIDES).

Pour ce dernier vote, à égalité 12/12 lors des deux premiers tours de scrutin, M. le Maire a demandé une suspension de séance. Et là, oh surprise !, 3 voix de la gauche se sont portées sur la nouvelle élue.

Comment expliquer ces choix « soudains » de vote du groupe socialiste en faveur du Maire ? « Par courtoisie » sans doute. Suite à un échange de SMS peut-être. A charge de revanche, pourquoi pas ?

Mais quoi de plus logique, puisque les élus socialistes en avaient fait de même pour démettre M. LALANNE et élire M. LALLEMENT aux finances.

A ce jour, les 3 derniers adjoints démis et les 2 nouveaux adjoints en place l’ont été avec la complicité des voix socialistes du groupe de M. HANON.

Les masques sont désormais tombés.

C’est pour cette raison que j’ai fait le choix de démissionner de mon poste d’adjoint.

Je ne souhaite à aucun moment cautionner ce type de comportement détestable qui vient en contradiction totale avec notre engagement de campagne, qui nous présentait comme une liste citoyenne, indépendante des partis.

Les choix, accords et désaccords politiques doivent être assumés au grand jour; il en va de notre crédibilité et de notre responsabilité d’élus vis-à-vis des électeurs et des citoyens.

La légitimité d’un élu ne se mesure pas à son degré de fidélité ou de suivisme vis-à-vis d’une personne, quand bien même s’agit-il du premier magistrat.

La légitimité d’un élu est en premier lieu issue des urnes; ces dernières nous ont placés dans le groupe majoritaire, c’est une réalité.

C’est donc dans ce cadre-là que nous porterons les engagements pris et les valeurs que nous prônons. En toute liberté.

Publicités

Une réflexion sur “Une gestion municipale entre « bienveillance » et « courtoisie »

Les commentaires sont fermés.