Quorum ou pas quorum ? La loi ou le bon-vouloir ?

Comme vous avez pu le lire dans la déclaration du 20 juillet 2016, nous avons fait le choix de ne pas cautionner les manigances récurrentes de M. le Maire qui s’est appuyé systématiquement sur « l’opposition » de gauche pour démettre et élire ses adjoints.

Aussi, nous avions pris la décision, en amont de ce conseil, de ne pas participer à la 1° délibération dudit conseil et pour marquer notre désapprobation face à ces méthodes, de quitter la salle du conseil, avec 6 autres équipiers de la liste Oser Choisir, pour ne revenir débattre que des délibérations ayant trait aux affaires de la ville.

Or, ce soir là, seuls 23 conseillers sur 33 étaient physiquement  présents.

7 conseillers ayant quitté la salle, M. le Maire, qui préside le conseil municipal, n’était plus entouré que de 15 conseillers. Donc 16 personnes présentes physiquement.

Le quorum requis doit représenter moitié du conseil (33) plus une personne … soit 17 personnes au total.

Ce nombre minimal de 17 conseillers présents s’apprécie au début du conseil municipal, sans quoi le conseil ne peut être tenu. Mais il doit aussi s’apprécier lors de chaque délibération, sans quoi la délibération ne peut être poursuivie.

M. le Maire, soit par méconnaissance du règlement intérieur et des textes officiels, soit parce qu’il considère qu’en tant que Maire d’Orthez il est autorisé à prendre des libertés avec les lois et règlements, a poursuivi comme si de rien n’était.

Il a donc présenté cette délibération, sans que le quorum requis ne soit atteint, et il a fait voter les 16 personnes présentes.

C’est de cette manière que Mme Leygues a été élue au poste d’adjointe.

Lorsque nous avons repris  nos places pour reprendre le cours habituel du conseil municipal, M. LALLEMENT, qui assurait le secrétariat, a affirmé à tort que nous avions effectué un refus de vote, ce que nous avons aussitôt contesté oralement, puis par écrit dès ce matin. Comment aurions-nous pu refuser de voter, puisque nous n’étions pas présent dans la salle du conseil et ne pouvions donc rien faire valoir d’autre que notre absence.

Nous n’étions pas dans la salle lors de cette délibération et exigeons donc d’être portés « ABSENT ».

Cette délibération, à nos yeux tâchée d’irrégularité du fait du quorum non atteint, devrait donc être représentée lors d’un conseil municipal ultérieur.

En conclusion, M. le Maire, qui ne consulte plus qu’une dizaine d’élus du groupe majoritaire qui lui sont favorables pour mener les affaires de la ville, avec l’appui concerté de la gauche lorsqu’il le juge utile (M. SAINTE-CROIX a réaffirmé hier publiquement que les oppositions avaient bien été convoquées secrètement par M. le Maire et que ce dernier leur avait demandé de voter dans le même sens que lui dans le but de démettre Mme PRADA !!!), doit assumer de ne plus être suivi sur ce genre de votes par notre composante de la liste Oser Choisir.

Nous refuserons de cautionner cet type de mascarade.

Je reprendrai ici les mots du docteur CAZENAVE lors du conseil municipal du 6 juillet, s’adressant à M. le Maire: « Je vous demande que l’on retire les trois premiers points de l’ordre du jour (éviction de Mme PRADA, éviction de M. PEYRE-POUTOU, suppression d’un poste d’adjoint/élection d’un nouvel adjoint, ndlr) car, si le conseil municipal doit être un lieu de débat, il n’est pas un lieu de guerre. »

M. le Maire ne répondit pas et demanda à ce que l’on passe aux votes. Chacun connait la suite.

Pou conclure, voilà où nous mène la méconnaissance (ou l’entêtement) de M. le Maire. La validité de la délibération ne pourra être appréciée par le contrôle de légalité qui sur la base du compte-rendu fourni . Or, nous n’avons pas eu de réponses suite à nos demandes de modification de ce compte-rendu, afin d’être portés « ABSENT »-et non pas « refus de vote ». En dernier lieu, c’est le tribunal administratif qui sera saisi afin que la loi soit respectée. Et non le bon-vouloir.

Post-scriptum : Une semaine après, M. le Maire n’a daigné répondre à aucun de nos mails. Le compte-rendu proposé par M. le Maire, et qui nous a été adressé le 27 juillet, est faux.

Il indique, parce que tel est son bon vouloir, que les 7 conseillers ont quitté la salle alors que la délibération était entamée. C’est absolument faux ! Nous avions quitté la salle avant. Comme il le fait depuis de nombreux mois maintenant, M. le Maire choisit sciemment et de façon unipersonnelle le passage en force et réécrit l’histoire à sa façon. Nous ne saurions accepter un telle façon de faire.

 

Publicités

Déclaration lue lors du conseil municipal du 20 juillet 2016

Cette déclaration a été lue lors du dernier conseil municipal du 20 juillet 2016.Capture-d’écran-2016-05-04-à-10.46.05

 

Madame, Monsieur,

Le récent communiqué des proches de M. DARRIGRAND ciblant à dessein la seule Mme PRADA alors que la moitié du groupe majoritaire est en conflit avec les méthodes de M. le maire est un raccourci plus que rapide. Cette sempiternelle rengaine affirmant qu’elle n’a pas voulu « mener la politique d’apaisement, de dialogue et de négociations réclamée par le maire » est une tromperie.

NON, depuis de nombreux mois, M. le Maire ne discute plus (excepté ceux qui vont dans son sens, bien sûr)… et pour rappel lors des négociations budgétaires du mois d’avril, il réclamait –déjà- comme base de dialogue la démission de cette dernière…

Pour M. le Maire, la « discussion » se résume à des jugements (untel travaille, tel autre ne travaille pas), des ultimatums (demandes de démission), des mises à l’écart (informations non transmises, décisions déjà prises) et, finalement, des évictions (retrait de délégations).

Le communiqué de M. HANON affirmant pour son groupe : « Nous ne sommes ni aux ordres, ni sous tutelle » (sic) … ne trompera personne non plus.

OUI, le groupe de M. HANON s’est clairement compromis en faveur de M. DARRIGRAND par des votes récurrents à ses côtés visant à démettre des adjoints en désaccord avec le Maire, puis d’élire ensuite de nouveaux adjoints proches du Maire.

Ces pâles rideaux de fumée, publiés dans un même élan par cette alliance nouvelle (après une nouvelle concertation secrète là encore ?) ne sauraient occulter le fait que M. le Maire a réussi, en moins de deux ans et demi, à scinder en deux le groupe majoritaire … à chaque fois grâce au soutien de l’opposition de gauche.

Sur les 7 adjoints des débuts, ramenés à 6 à l’initiative de M. le Maire, seuls 3 subsistent.

5 ne sont plus en fonctions : PETERS puis LARRIVIERE démissionnaires, LALANNE, PRADA et PEYRE-POUTOU démis. Ces 3 derniers ont été démis … avec l’apport des voix de la gauche. Parallèlement, les 2 derniers adjoints élus, M. LALLEMENT et Mme DOMBLIDES l’ont été … avec l’apport des mêmes voix (cette dernière bénéficiant au 3° tour de scrutin, après 2 égalités,  et une interruption de séance salutaire demandée par M. le Maire, de  l’apport providentiel de 3 voix de la gauche).

Telle est la réalité.

Quelle est la logique ? y’a-t-il eu des négociations ? Ces manoeuvres de basse politique n’honorent pas leurs auteurs.

Après s’être vilipendés pendant des mois, MM. HANON et DARRIGRAND n’osent pas -encore- choisir de s’afficher ensemble pour construire l’avenir.

Pourquoi ne pas assumer publiquement une coalition nouvelle ? Pourquoi tant de timidité ?

Et leur méthode est finalement la même : discours publics de façade grandiloquents suivis de petits arrangements en coulisses.

Cette gouvernance fantoche où, tour à tour, l’un devient le hochet de l’autre, ne peut être qu’une gouvernance à courte vue, basée sur des intérêts particuliers, forcément néfastes à l’intérêt général.

C’est pour toutes ces raisons que j’ai fait le choix de remettre à monsieur le Préfet ma démission pour le poste d’adjoint en charge de l’éducation et de la jeunesse à l’issue du dernier conseil municipal, ne souhaitant pas être associé plus longtemps à cette « méthode » de gouvernance que je réprouve totalement.

Toutefois, je poursuivrai en ma qualité de conseiller municipal mon travail d’élu pour  apporter un éclairage à tous les Orthéziens désireux de savoir comment et par qui sont « menées » les affaires de la ville; en tant que porte-parole également d’un groupe d’élus citoyens issus de la liste majoritaire OSER CHOISIR, soucieux de servir l’intérêt de notre ville et de ses habitants. Tel était notre engagement. Nous continuerons à le porter, madame, monsieur, en toute indépendance.

A la lumière de cette déclaration, je vous informe, M. le Maire, que nous ne prendrons pas part à cette 1° délibération, relative à l’élection d’un nouvel adjoint.

Nous nous retirons donc de la salle du conseil et nous ne reviendrons que pour les 3 délibérations suivantes, vous laissant ainsi assumer, vous et vos nouveaux alliés, l’élection de ce nouvel adjoint.

Une gestion municipale entre « bienveillance » et « courtoisie »

bienveillance

Après la « BIENVEILLANCE » prônée par M. le Maire lors de ses vœux 2016 (marquée par l’éviction de M. LALANNE quelques jours plus tard), nous entrons désormais dans l’ère de la « COURTOISIE » (inaugurée par l’éviction de Mme PRADA et PEYRE-POUTOU).

Les récentes manigances placées par le maire sous le sceau du secret, avec la complicité des élus d’opposition, est un triste épilogue à l’objectif de liste citoyenne jadis défendue par M. DARRIGRAND.

L’entrevue secrète initiée par M. le Maire et dénoncée par MM. SAINTE-CROIX et CAZENAVE –ils ont brisé le silence que M. le Maire voulait leur imposer; qu’ils en soient remerciés ici– lors du dernier conseil municipal du 6 juillet est indigne de notre premier magistrat, indigne de la responsabilité des élus vis-à-vis de leurs concitoyens qui les ont portés aux responsabilités.

M. le Maire a ainsi informé les oppositions de sa volonté de démettre deux adjoints de leurs fonctions plus d’une semaine avant de l’annoncer aux principaux intéressés, à la moitié de son « équipe » municipale et aux Orthéziens (accessoirement…).

Pourquoi a-t-il agi ainsi ? « Par courtoisie » a-t-il répondu dans la presse.

Et c’est sans doute aussi « par courtoisie » que l’opposition de gauche à voté aux côtés du Maire pour démettre de leurs fonctions les deux adjoints en question (Mme PRADA et M. PEYRE-POUTOU), avant de participer activement à l’élection de la nouvelle adjointe aux sports (Mme DOMBLIDES).

Pour ce dernier vote, à égalité 12/12 lors des deux premiers tours de scrutin, M. le Maire a demandé une suspension de séance. Et là, oh surprise !, 3 voix de la gauche se sont portées sur la nouvelle élue.

Comment expliquer ces choix « soudains » de vote du groupe socialiste en faveur du Maire ? « Par courtoisie » sans doute. Suite à un échange de SMS peut-être. A charge de revanche, pourquoi pas ?

Mais quoi de plus logique, puisque les élus socialistes en avaient fait de même pour démettre M. LALANNE et élire M. LALLEMENT aux finances.

A ce jour, les 3 derniers adjoints démis et les 2 nouveaux adjoints en place l’ont été avec la complicité des voix socialistes du groupe de M. HANON.

Les masques sont désormais tombés.

C’est pour cette raison que j’ai fait le choix de démissionner de mon poste d’adjoint.

Je ne souhaite à aucun moment cautionner ce type de comportement détestable qui vient en contradiction totale avec notre engagement de campagne, qui nous présentait comme une liste citoyenne, indépendante des partis.

Les choix, accords et désaccords politiques doivent être assumés au grand jour; il en va de notre crédibilité et de notre responsabilité d’élus vis-à-vis des électeurs et des citoyens.

La légitimité d’un élu ne se mesure pas à son degré de fidélité ou de suivisme vis-à-vis d’une personne, quand bien même s’agit-il du premier magistrat.

La légitimité d’un élu est en premier lieu issue des urnes; ces dernières nous ont placés dans le groupe majoritaire, c’est une réalité.

C’est donc dans ce cadre-là que nous porterons les engagements pris et les valeurs que nous prônons. En toute liberté.

Charte d’utilisation de ce blog

Informations générales
Ce blog est un espace ouvert à tous et à toutes les opinions. Il a pour objectif d’informer les internautes sur l’action des équipiers du groupe majoritaire élus au conseil municipal réunis autour de Fabien Larrivière,  et de favoriser le débat public. Dans cette perspective et en cas de non respect des règles de bienséances suivantes et des dispositions légales, pourront être éventuellement tempérées les publications des utilisateurs. Les internautes ne respectant pas ces règles de manière répétée pourront être exclus de la page.

 

Auteur de ce blog

Fabien Larrivière et ses coéquipiers

 

Directeur de Publication

Fabien Larrivière et ses coéquipiers

Adresse postale :

Fabien Larrivière, 1, Place d’Armes, 64300 Orthez
 Hébergeur
Wordpress
Site Web : https://orthez2016.wordpress.com
Crédits
Blog réalisé par Fabien Larrivière et ses coéquipiers et maintenu par ses auteurs.

Protection des données personnelles
Les données personnelles sont notamment protégées par la loi n° 78-87 du 6 janvier 1978, la loi n° 2004-801 du 6 août 2004, l’article L. 226-13 du Code pénal et la Directive Européenne du 24 octobre 1995.
En tout état de cause, ce blog ne collecte des informations personnelles relatives à l’utilisateur (nom, prénom…) que pour le besoin des services proposés, notamment pour la participation aux commentaires par le biais de formulaires en ligne
L’utilisateur fournit ces informations en toute connaissance de cause, notamment lorsqu’il procède par lui-même à leur saisie.

Rectification des informations personnelles collectées
Conformément aux dispositions de l’article 34 de la loi n° 48-87 du 6 janvier 1978, l’utilisateur dispose d’un droit de modification des données nominatives collectées le concernant. Pour ce faire, l’utilisateur envoie un message en indiquant son nom ou sa raison sociale, ses coordonnées physiques et/ou électroniques, ainsi que le cas échéant la référence dont il disposerait en tant qu’utilisateur de ce blog et qu’il souhaiterait modifier ou supprimer. La modification interviendra dans des délais raisonnables à compter de la réception de la demande de l’utilisateur.

Information sur les données personnelles partagées sur ce blog

Ce blog affiche des liens de partage sur Facebook (J’aime, Partager, Commenter…) et autres réseaux sociaux (twitter, etc).

Votre contribution, ou commentaire, une fois validé, sera liée à votre identité d’utilisateur et deviendra publique. Ce qui est susceptible de révéler votre opinion politique, réelle ou supposée. Réglez en conséquence vos paramètres de confidentialité sur chacun de vos réseaux sociaux.

Charte de modération

Vos publications sont soumises à modération et à validation par Fabien Larrivière et ses coéquipiers.

L’équipe numérique qui assure la responsabilité de la gestion de ce blog, se réserve la possibilité de supprimer toutes les publications contraires à l’ordre public ou aux bonnes mœurs, violentes, racistes, révisionnistes, faisant l’apologie des crimes de guerre, injurieuses ou grossières, contraires aux droits d’auteur ou droits voisins, au droit applicable aux bases de données, au droit des marques, au droit à l’image, au droit au respect de la vie privée ou qui enfreindraient toute autre disposition législative ou réglementaire en vigueur.
Par ailleurs, les messages à caractère publicitaires, les petites annonces ou les messages contenant des coordonnées téléphoniques ou postales seront systématiquement supprimés.
Les internautes seront avertis de l’éventuelle modération de leur publication.
Si les auteurs de ces fautes persistent, ils pourront être exclus de la page.
Les commentaires
Les commentaires doivent être écrits dans un langage compréhensible par tous. Afin que le débat suscité par les billets ou les commentaires soit riche et passionnant, les internautes sont invités à débattre à l’aide d’arguments de fond, et non d’invectives. Les internautes sont invités à réagir aux publications par des commentaires correspondant au sujet initial. L’équipe numérique se réserve le droit de supprimer les réactions n’ayant aucun lien avec le sujet abordé.

Cas juridiques
L’utilisation et la navigation sur ce blog doivent respecter les lois et règlements en vigueur.
Vous êtes informé que l’ensemble des lois et règlements en vigueur est applicable sur internet. A ce titre, lorsque vous utilisez ce blog, il vous appartient de respecter l’ensemble des réglementations applicables suivantes, et notamment (la liste n’est pas exhaustive) :

    • Les règles en matière de droits d’auteur (loi du 11 mars 1957 et la loi du 3 juillet 1985, codifiées dans le code de la propriété intellectuelle).
    • Les règles d’ordre public, telle que par exemple la réglementation en matière de contenu pornographique (l’article 227-24 du Code pénal), raciste (Loi du 1er juillet 1972, l’article 416 du code pénal et la loi du 10 janvier 1936) ou illicite qui serait susceptible de porter atteinte à l’intégrité ou à la sensibilité d’un autre internaute ou à l’image de marque de Fabien Larrivière et de ses coéquipiers
      par l’intermédiaire de messages, textes ou images provocants.
    • Les règles relatives au respect de la vie privée des personnes (articles R 226-1 et suivants du code pénal, article 9 du code civil), internautes connectés sur ce blog. A ce titre vous vous engagez à vous abstenir de diffuser au sein des services interactifs qui vous sont proposés des messages à caractère injurieux, insultant, dénigrant, dégradant.
    • La réglementation en matière de droit de la presse (loi 1881). A ce titre, il vous appartient de vous abstenir de diffamer ou d’injurier quiconque, internaute connecté ou tiers.
    • La réglementation en vigueur en matière de fraude informatique (loi du 5 janvier 1988). A ce titre, vous devez vous abstenir de tenter une intrusion dans un système de traitement automatisé de données ou d’altérer, totalement ou partiellement les éléments qu’il contient. Vous êtes informés que de tels actes sont passibles de sanctions pénales.

Plus particulièrement, dans le cadre des services interactifs, l’équipe numérique dece blog se réserve la faculté de supprimer immédiatement et sans mise en demeure préalable tout contenu de quelque nature qu’il soit, et notamment tout message, toute photographie ou graphique qui contreviendrait aux lois et règlements en vigueur et notamment aux réglementations ci-dessus décrites. Nous rappelons que cette liste n’est pas exhaustive.